Aller au contenu principal

MEILLEURE VISIBILITE AUTOUR DE L’ACTION GOUVERNEMENTALE

Publié le : 24 juin 2019
image relative au renforcement de capacités des conseillers en communication

Le Ministre de la communication renforce les capacités des conseillers en communication.

Le ministère de la Communication, des Sports et de l’Education à la Citoyenneté et au Civisme a organisé, du 27 au 29 mai 2019 à l’hôtel 30 août à Kpalimé, un atelier de formation à l’attention d’une trentaine de conseillers en communication et attachés de presse des ministères et institutions de la République.

Le déficit de communication autour des actions et réalisations des départements ministériels et institutions de la République a rendu nécessaire la tenue de cet atelier.

La session de formation de trois (3) visait donc à définir une meilleure stratégie en vue de résorber cette carence et d’offrir aux communicants les recettes appropriées pour assurer désormais une nette visibilité aux initiatives des pouvoirs publics.  

Les échanges ont été articulés autour des thématiques suivantes :

  • les missions et responsabilités du chargé de communication ;
  • les relations publiques et relations presse ;
  • la communication publique et la communication politique ;
  • l’écriture et l’édition web ;
  • le travail d’un attaché de presse ;
  • les techniques de communication et l’art de convaincre son auditoire.

Dans mot de bienvenue, le préfet de Kloto a relevé les difficultés auxquelles sont confrontés les attachés de presse et responsables de la communication des cabinets ministériels et des institutions dans l’exécution au quotidien de leur tâche. Dans la plupart des cabinets ministériels et institutions, la charge de communication repose sur les seules épaules du seul Attaché de presse. Or, pour la visibilité des missions assignées à un ministère et surtout à leur compréhension par les citoyens, la mise en place d’une cellule ou d’une direction de communication digne de ce nom est indispensable. Et pourtant, l’attaché de presse est seul et sans moyens.

Sur le plan matériel, les attachés de presse n’ont souvent pas de moyens matériels et financiers pour accomplir leurs missions et aucune ligne budgétaire ne leur est point affectée. Etant du devoir de l’Attaché de presse d’être en relation avec la presse nationale et internationale, l’on devrait se demander comment ce dernier parvient-il à se procurer les journaux pour ses différentes revues de presse. Au regard de ces quelques difficultés, le Préfet a émis le vœu qu’un « rapport assorti de recommandations » soit élaboré au terme de l’atelier et « transmis au Secrétariat Général du gouvernement dans la perspective d’une institutionnalisation de la profession. Une profession qui sera adossée à une réelle politique de communication du gouvernement et des institutions de la République ».

 

image portant sur l'atelier de renforcement des capacités des conseillers en communication

Dans son discours d’ouverture, le Ministre de la Communication, des sports et de l’éducation à la citoyenneté et au civisme, Katari FOLY-BAZI, s’est réjoui de la présence de tous les conseillers en communication et attachés de presse, toute chose qui, selon lui, témoigne de l’intérêt porté à l’objet de l’atelier et démontre la détermination ainsi que la ferme volonté des communicants des ministères et institutions de la République à jouer leur partition pour une meilleure mise en œuvre de la communication gouvernementale.

Le ministre a cependant, regretté que beaucoup d’actes et d’actions posés par les membres du gouvernement soient méconnus des citoyens et ce, malgré les efforts déployés par les responsables de la communication de ces départements ministériels. Il était donc nécessaire, a poursuivi le ministre, de renforcer les capacités de ces responsables afin de leur offrir les outils nécessaires à la collecte et au traitement des informations relatives à l’action gouvernementale.

Le ministre FOLY-BAZI a également émis le vœu, au regard des modules inscrits à l’ordre du jour de l’atelier et de la qualité de l’équipe de formation que les participants capitalisent les acquis de cette formation pour mieux faire connaître aux Togolais les actions posées quotidiennement par le pouvoir public.

Au terme des travaux, et considérant les difficultés institutionnelles et organisationnelles et au regard de la faible importance accordée au rôle des professionnels des médias assurant la communication auprès des institutions publiques,  prennent la résolution :

  • de mettre en place un réseau dynamique de concertation et de partage d’expériences et d’informations en vue de l’amélioration de leurs propres prestations.

Ils recommandent ce qui suit:

  1. Prévoir d’autres sessions de formation pour approfondir les modules suivants :
  • Edition web et animation de sites web ;
  • Techniques d’argumentation et de persuasion ;
  • Enjeux de la communication à l’ère des TIC ; et le
  • Marketing politique. 
  1. Nouveaux modules
  • Elaboration des stratégies de communication ;
  • Techniques d’animation de groupe;
  • Sensibiliser et former les agents des Ministères sur la charte graphique et l’utilisation des armoiries ;
  1. A l’endroit du gouvernement et des institutions de la république
  • Mettre en place dans chaque département ministériel et institution de la République, une direction ou une cellule de communication ;
  • Mettre en place une structure générale qui coordonne la communication gouvernementale ;
  • Prévoir des sessions de formation à l’endroit des membres du gouvernement et des responsables des institutions en communication publique et politique ;
  • Sensibiliser les membres du gouvernement sur les attributions, rôles et missions des chargés de communication pour une plus grande visibilité des actions gouvernementales ;
  • Instaurer une formation continue pour les chargés de communication ;
  • Faire des études pour évaluer de façon objective les actions du gouvernement et leurs impacts ;
  • la création ou la dynamisation de structures chargées de la fonction information-communication auprès de toutes les institutions publiques avec des cahiers de charges clairs et précis ; les doter de moyens  humains, matériels et financiers adéquats afin de permettre une meilleure visibilité de l’action publique à travers une bonne circulation de l’information ;
  • la facilitation du travail des responsables de communication auprès des institutions publiques en les associant aux activités et actions de leurs structures respectives afin de favoriser une communication efficace à l’endroit des médias et du public ; et
  • la formation continue des agents des structures de communication à travers des stages périodiques.
Top