• Accueil
  • Dissémination du plan sectoriel de l’éducation (PSE) 2020-2030 à Lomé le 16 décembre 2020

Dissémination du plan sectoriel de l’éducation (PSE) 2020-2030 à Lomé le 16 décembre 2020

Dissémination du plan sectoriel de l’éducation (PSE) 2020-2030 à Lomé le 16 décembre 2020

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Après la région de la Kara, des Savanes, de la Centrale, des Plateaux, la ville de Kpalimé qui s’est ajoutée aux autres régions compte tenu de l’étendue de la région des plateaux et la région maritime. les 17, 18, 19, 20 novembre et 15 décembre 2020, la délégation du secrétariat technique permanent était à Lomé (golfe), le 16 décembre 2020 pour la dissémination du nouveau document du PSE.

Voici le rapport final de la dissémination dans les régions.

RAPPORT D’ACTIVITE

Introduction

Le Plan sectoriel de l’éducation du Togo, pour avoir toutes les chances de réussite dans sa mise en œuvre, doit être connu aussi bien de tous les décideurs et acteurs de mise en œuvre que des bénéficiaires, directs comme indirects. Cela n’a pas été le cas depuis la première édition en 2010 car l’analyse du dispositif de pilotage a fait ressortir que des acteurs clefs nommés dans le cadre institutionnel ne sont pas au courant de l’existence d’un tel document, et par conséquent, n’ont aucune idée précise des priorités du secteur. C’est pour pallier ce manquement que le processus de révision du PSE a prévu la dissémination du nouveau document de PSE. Sept localités ont été visées pour l’activité, à savoir les chefs-lieux des régions éducatives (Dapaong, Kara, Sokodé, Atakpamé, Tsévié et Lomé) et la ville de Kpalimé.

Le présent rapport récapitule les principales conclusions de l’activité de dissémination du PSE dans les localités ciblées.

PRINCIPAUX RESULTATS

  1. PRESENTATION AUX MINISTRES ET HONORABLES DEPUTES

En prélude à la mission de dissémination dans les différentes régions du Togo,  le PSE a été présenté aux nouveaux ministres sectoriels, aux membres de la Commission Education et Développement Socioculturel de l’Assemblée Nationale et à certains partenaires en développement. Ce fut à Lomé le 12 novembre 2020. A cette session, on a surtout noté la présence des ministres en charge des enseignements primaire et secondaire, de l’enseignement technique et de l’artisanat et aussi de l’enseignement supérieur et la recherche. La ministre en charge de l’action sociale s’était faite représentée, de même que les ministres en charge du développement à la base et des sports.

Cette présentation du PSE à Lomé a donné le ton à la vulgarisation de la nouvelle politique éducative à travers les grandes agglomérations du pays.

  • PRESENTATION DANS LES REGIONS

Que ce soit à Kara, à Dapaong, à Sokodé, à Atakpamé, à Kpalimé, à Tséivé ou à Lomé, trois temps forts ont été marqués : la cérémonie d’ouverture (dirigée par le préfet ou son représentant accompagné du DRE de la localité), la présentation du processus d’élaboration et du contenu de la nouvelle politique éducative, de son financement et dispositif de pilotage (faite par M. Sena Yawo AKAKPO-NUMADO, le Secrétaire Technique Permanent) et la présentation de l’organe de pilotage et de suivi du PSE dans les régions (faite par M. Kwami Ayité ADEDJE, Chargé de programmes au STP).

Dans l’ensemble, les DRE ont souligné l’importance de la vulgarisation du document du PSE qui est un document stratégique et dont l’édition est le fruit de l’effort conjugué des membres de l’équipe technique nationale et des PTF. Ils ont aussi souligné que le PSE est un document de planification et d’orientation politique à mettre absolument à la disposition des acteurs de l’éducation où qu’ils se trouvent. Ils ont eu à remercier les PTF pour leur soutien ainsi qu’aux maires et aux préfets eu égard aux rôles que ceux-ci auront à jouer dorénavant dans le développement du secteur de l’éducation. Ils se sont réjouis du fait que le document de PSE parvienne en version papier dans les régions et que bonne utilisation en sera faite pour ne plus naviguer à vue comme par le passé.  

Pour les autorités locales qui ont ouvert les sessions (Préfets ou SG de préfecture), ce fut l’occasion de souhaiter la bienvenue aux participants et à l’équipe de la mission, et de souligner que l’éducation est un secteur vital dans le développement du pays puisque tous les citoyens, acteurs de développement du pays, sont les produits de l’éducation. Ils ont eu à remercier l’équipe du STP et tous ceux qui ont participé à l’élaboration du nouveau document de PSE. Pour eux, les maires et autres élus locaux vont jouer leur rôle dévolu au développement de l’éducation dans notre pays Certains ont eu à retracer les difficultés que connaît le système, à savoir l’insuffisance des enseignants, de financement, des disparités, d’insuffisance de la formation des enseignants au niveau de l’enseignement technique et de l’enseignement supérieur… avant d’ouvrir les rencontres 

  • LES REACTIONS APRES EXPOSE DU PSE

La présentation du PSE a surtout porté sur le contexte et le processus de révision, les documents de référence et les cinq chapitres du PSE, à savoir Chapitre 1: les éléments de diagnostic du système éducatif, Chapitre 2: Les grands axes et les principes directeurs de la politique, Chapitre 3: les stratégies sectorielles, Chapitre 4: les coûts et financements et Chapitre 5: le Pilotage, la Coordination et le Suivi-évaluation du PSE.

Après chaque présentation, l’occasion est donnée aux participants de poser des questions ou faire des commentaires. Quelques-unes des interrogations et des points de compréhension ainsi sont formulés :

  • Quel mécanisme le STP met-il en place pour la continuité de cette action de dissémination ? En d’autres termes, comment faire pour que le plus grand nombre possible d’acteurs, surtout les enseignants, aient l’occasion d’être informés sur le contenu de ce PSE ?
  • Vu que l’enseignement technique et la formation professionnelle est est faiblement représenté dans notre pays, et que le PND opte pour le développement de ce sous-secteur, qu’est-ce que le PSE a prévu pour répondre aux défis de la formation technique agricole ?
  • On parle de « corriger la pyramide éducative ». Comment était cette pyramide pour qu’on parle de sa correction ? Et comment faire cette correction ?
  • Quelle est la place de la pandémie au COVID-19 dans le PSE ?
  • Ne peut-on pas instituer une semaine pédagogique pour partage davantage sur le PSE ?
  • Si l’on parle de 40% de temps d’enseignement perdu, la réforme des curricula au primaire ne peut-elle pas revoir les programmes d’enseignement ?
  • Le PSE aborde-t-il le rôle des communes dans l’éducation de nos enfants ?
  • Quelle est la place de la formation des alphabétiseurs dans le PSE ?
  • Comment le PSE règle-t-il le problème de l’enseignement des sciences ?
  • Le gouvernement a élaboré un plan de riposte à la COVID-19 ; où en est-on pour sa mise en œuvre ?
  • Quelles solutions le PSE envisage-t-il pour le manque d’enseignants et du corps d’encadrement ?
  • Où en sommes-nous avec les nouveaux manuels : à quand les nouveaux manuels du CE2 au CM2 ?
  • Quelles réponses aux problèmes de manque d’infrastructures ? etc.

Dans chacun des cas, des réponses adéquates sont apportées par les membres de l’équipe de mission, appuyée par les DRE. 

A la suite des séances de questions-réponses, une deuxième présentation portant sur la composition, les attributions et le fonctionnement des Comités régionaux de coordination et de suivi (CRCS), prévus dans le décret 2012-007/PR du 7 mars 2012, est faite.  Après cette deuxième présentation, les CRCS sont installés, avec les DRE comme présidents, de façon provisoire, en attendant la correction du dispositif préconisé par le PSE.

  • QUELQUES IMAGES DE LA DISSEMINATION 

Conclusion

La dissémination du PSE en cette année 2020 a été très saluée par les acteurs en régions. Quoi qu’on dise, l’activité a été très appréciée puisqu’elle a permis aux participants de mieux se positionner par rapport à la politique éducative nationale. C’est la toute première fois que le Secrétariat technique permanent, garant du suivi de la politique éducative nationale, s’est déplacée pour rencontrer les acteurs en région de mise en œuvre de cette politique du secteur. C’est aussi la toute première fois, depuis la mise en place du dispositif institutionnel de pilotage du PSE que les comités régionaux de coordination et de suivi du PSE (CRCS) ont été mis en place.

Ce bond en avant pourra faciliter le suivi des actions inscrites au PSE en ce sens que désormais, des revues régionales pourraient s’organiser pour, en retour, alimenter les revues nationales. Les participants ont émis le vœu que des versions simplifiées soient élaborées pour être mises à la disposition du plus grand nombre d’acteurs.